acinq autour du monde

18 septembre 2006

a quand le prochain ?

on y songe ...dans quelques annees...pour faire ce que l on n a pas fait alors ...on prend rdv


Posté par famillechevrin à 10:11 - Permalien [#]


05 août 2006

FIN

On a atterri

mais on a la tete dans les nuages et les souvenirs.

Tout cela se bouscule et l emotion reste tres forte jour apres jour.

Alors on se laisse porter par les images et les projets

des photos , un carnet de voyages ???

a plus tard

et merci a tous

Posté par famillechevrin à 11:47 - Permalien [#]

07 juillet 2006

INDE, Bangalore, generique de fin

Dans quelques jours nous serons parmi vous a feter peut-etre la victoire des Francais. Pour le moment nous veillons fort tard (match entre minuit et demi et 2h30) a l Alliance Francaise de Bangalore pour suivre les expoits des Bleus ! Le temps qui nous separe de ce fameux vol de retour est ainsi suspendu.

L aventure s acheve merveilleusement, avec des couleurs et des souvenirs plein la tete, sans bobos ni drame. On pense tellement toujours au pire ! On souhaitait les enfants sereins, ouverts sur le monde, sans crainte de l inconnu... je crois qu ils ne sauront meme pas l exprimer, tant cela leur a semble si extraordinaire et normal a la fois de gambader a travers le monde.

Ils disaient souvent " Je sais qu on vit un truc dingue et a la fois on vit normalement, on dort, on mange, on bosse... la vie quoi ! " Pour eux l etanger ne signifiera pas uniquement guerre, misere, maladie mais hospitalite, couleurs, parfois inconfort et joues pincees. Cette annee, c etaient eux les etrangers, et ca ils l on bien ressenti dans la curiososite qu ils inspiraient.

Le bilan est plus que positif et nous voulons ici remercier tous ceux qui ont permi notre abscence possible en s occupant bien de nos petites affaires... de notre maison, de notre chat Ratatouile qui a fini par fuguer encore une fois. Merci aux copains copines pour les re-inscriptions a l ecole et au college, pour les envois de livres et autre, le suivit des cours du CNED et les infos de secours pour les cours de 5eme ! Une mention toute particuliere aux eleves de CP et CM1 de l Ecole Saint Exupery ainsi qu a leurs enseignants pour ce lien permanent et precieux avec les filles. Merci aux profs de math et Espagol de St Jo. Merci pour les saucissons et le fromage a Bangkok !

Mention speciale a Andre et Genevieve pour s etre occupe si bien de notre courrier, de nos factures, des impots ... et a Isa et Yann pour le Cned et les litiges bancaires. Bravo au CCF HSBC pour ses 7 mois de silence radio !!!! 

Merci a nos bonnes sandales Aigles pas top tendance mais si confort, aux sacs a dos pour lesquels on a passe beaucoup de temps en discussion, catalogue "Vieux Campeur" a l appui. Merci a l indispensable couteau Suisse (merci Alain). Merci au bouche evier universel qui sauve pas mal de petites lessives, a la cousette pas tant pour recoudre les boutons mais pour les "operations echardes" et autres bobos. Merci a la Betadine fidele cicatrisant des bobos recalcitrants. Merci aussi au petit materiel pour accrocher les hamacs: les ficelles et les cordes, les mousquetons et le gaffer qui colle tres bien au plafond ! Merci aux moustiquaires !... et enfin merci a la boite de thon qui sauve bien des pique-nique, surtout en Bolivie !!!

Merci a vous tous pour vos messages d amitie et votre assiduite de lecteur de blog. On ne s est jamais senti aussi proche de vous. Vous nous avez manque. Nous rentrons heureux de cette belle aventure et ravis de vous retrouver.

Merci enfin a nos enfants pour leur peche, leur bonne humeur et leur patience dans les moments delicats. Ils pourront dire ....

                    NOUS AVONS FAIT UN BEAU VOYAGE ...

dans le role des enfants : Emile, Madeleine et Faustine

Dans le role des instituteurs : Remy et Bea

Dans le role de l infirmiere et de la lavandiere : Beatrice

Blog : Texte de Beatrice avec la participation amicale de Remy, Emile Madeleine et Faustine.

Les photos etaient a 200% de Remy.

Les costumes etaient de Donald Cardwell !!!!!!

Posté par famillechevrin à 07:22 - - Permalien [#]

06 juillet 2006

TOUR DU MONDE... ce qui nous manquera

- le cri du Gecko le soir

-la douche a la casserole

-la douceur des mangues

-les langues etrangeres

-les massages a 3 dollars

-les choix au jour le jour

-le deroulement paisible de chaque journee

-la decouverte permanente

-d avoir le temps

-le voyage quoi ....

Posté par famillechevrin à 08:07 - - Permalien [#]

TOUR DU MONDE... ce que l on a appri

Durant ce voyage on a appris :

- que l energie solaire, ca marche

- que l eau chaude c est rare et que d une maniere generale l eau c est precieux

- que la chasse d eau est manuelle presque partout et que l on ne met pas de papier hygienique dans les toilette mais dans la poubelle ! Qu en Asie on s en passe meme, (du papier) et qu on utilise une douchette ou un petit pichet d eau pour se laver !

- que l eau potable au robinet c est presque nulle part

- que la bonde de l evier se vide dans l autre sens en hemisphere sud

- que la douche a la casserole c est trop bien

- qu on cicatrise mal quand il fait tres chaud et humide

- qu on peut acheter des fruits et legumes en libre service non surveille sur le bord des routes en Nouvelle-Zelande. Tu te sers et tu mets les sous dans un tronc !

- qu on parle des langues differentes au sein d un meme pays comme le Laos ou l Inde et a l inverse on parle la meme langue (espagnol) sur un demi continent.

- que la vie est belle ailleurs et qu on est tres confort chez nous.

- que la famille et les copains, ca manque fort et les parents toute la journee, c est beaucoup !!!

- qu aucun hotel aussi beau soit-il ne remplace la maison...

                                                                           Emile, Madeleine et Faustine

Posté par famillechevrin à 08:04 - - Permalien [#]


05 juillet 2006

TOUR DU MONDE... les chiffres

Notre tour du monde c est :

80 heures d avion

259 heures de bus, train, voiture, bateau

on vous passe les attentes dans les gares et aeroports

5000 km de camping-car en Nouvelle Zelande et 4 jours de bateau au Sud Chili

plus de mille kilometres a arpenter les rues a pied,

des dizaines de kilos de riz ingurgites en 5 mois d Asie et pas mal au Perou-Bolivie ...

-45 livres lus par Emile, 26 par Madeleine, 28 par Remy, 30 par Bea ... et Faustine qui s attaque au "Capitaine Fracasse" n ayant rien de son age a se mettre sous la dent !

- moins 4 dents pour Faustine eparpillees entre Phu Quocq, Phnom Penh et l Inde

- moins 2 dents pour Mado en Inde

- moins une dent pour Emile a Phnom Penh

-et ... quelques euros en moins sur le compte en banque !

C EST SURTOUT UNE FORMIDABLE AVENTURE HUMAINE POUR NOUS ET TOUS CES HOMMES FEMMES ET ENFANTS QUE NOUS AVONS PU RENCONTRER MAIS C EST AUSSI CE QUE NOUS AVONS EMMAGASINE DANS NOTRE COEUR ET DANS NOS YEUX ET QUI NOUS FERA VIVRE LONGTEMPS, CHAQUE MOMENT POUVANT RESURGIR  N IMPORTE QUAND ET PROBABLEMENT AVEC UN POTENTIEL EMOTIONEL DECUPLE...

VIVEMENT LA PROCHAINE FOIS PLUS LOIN PLUS FORT ET PLUS INATTENDU !!!

Posté par famillechevrin à 08:14 - - Permalien [#]

02 juillet 2006

INDE, voir Mamallapuram et partir

On revait de finir sur un bout de sable blanc, a ne rien faire... aujourd hui personne ne sait plus qui nous a conseille une halte a Mamallapuram. On a beau chercher... on se demande qui a pu nous refiler pareil tuyau. Meme les guides disent du bien de cet ancien port de peche, village dedie a la sculpture. Sur le site des routards aguerris tout le monde en parle comme une halte providentielle. Ca doit dependre du sens dans lequel tu voyages ? Si tu arrives direct a Madras, c est peut etre une facon de s adapter doucement a l Inde. En effet, ici tu retrouves le poulet/frites et la creme caramel. Mais nous on voulait finir en Inde, la vraie ... et pourtant Remy, il aime ca la creme caramel !!!

Lydia et Celina nous avaient prevenues. "Mamallapuram, c est pas inspirant". Voila, c est le mot... pas inspirant.

A peine arrives, on decide de fuir ce coin a touristes. On va donc se poser un peu plus loin dans un hotel plus chic qu on ne le souhaitait... mais bon, c est le premier en Inde et ca reste du luxe tarif indien.

On fait des plans d evasion vers differentes destinations que Lydia nous a recommandees. Rien n est a moins de 6 heures de route. Les trains sont complets jusqu au 4 juillet... la flemme nous gagne. On n a plus l energie pour visiter tous les hotels du coin, ni rien d ailleurs. On reste.. on nage, on se laisse rouler par les vagues, on bulle dans les hamacs et on regarde le foot. Au moins il y a des supporters du monde entier ici. Des allemands d Auroville, des Ukrainiens, des Russes, des Anglais et des Indiens. Mais les Indiens, ils s en fichent carrement de notre football. Eux, c est le cricket qui les passionne. 

Interressant aussi d observer cette nouvelle categorie d indiens fraichement enrichie par le boom economique. En famille sur la plage, le temps d un week end, bebe dans le kangourou (pas du tout traditionnel ca !) les papas comparent leurs nouveaux gadgets, appareils numeriques, camescopes... tandis que les femmes hesitent a passer un bikini. C est en effet un des rares endroits en Inde ou l on peut  se mettre en maillot. Pour les indiennes c est pas encore gagne, quand elles se trempent en sari, c est deja pas mal. On va pouvoir rebronzer un peu tout ce qui est cache depuis 2 mois !

Les filles passent leur journees dans l eau, dessinent les points forts de leur voyage (baleines, empire state building, temples dravidiens...) se font des amies et s initient a l allemand, dur, dur ! Madeleine prise d une nouvelle passion pour le foot pleure sur l Argentine et exulte pour le Portugal. Emile est a fond dans le foot et ca, c est tres nouveau !

On finit par positiver cette halte en constatant combien on avait besoin de ce repos... je vous entend rigoler la, mais c est crevant de craphuter 10 mois avec gosses et sacs a dos !!!

On vide les sacs d ailleurs, pour offrir des vetements a un orphelinat. C est l occasion d une belle rencontre. La region a beaucoup souffert lors du Tsunami et meme si beaucoup abusent de la situation en creant de faux instituts pour soutirer de l argent aux touristes, il n en persiste pas moins un manque de structures et une douleur encore vivace de la tragedie. Madeleine essaie d apprendre un jeu de cartes aux petits qui ne comprennent rien, elle fait preuve de beaucoup de patience, tandis que Faustine les initie a Tom-Tom et Nana. A notre dernier passage on s amuse a voir les garcons habilles avec les t-shirts a paillettes de nos filles. Pour les enfants ca devient tres concret de donner ses fringues et meme si l orphelinat nous semble tres demuni, une piece pour dormir par terre pour les garcons, une pour les filles, une boite en fer pour leur effets personnels sur une etagere, les devoirs effectues sur le toit terrasse ou dans la cour par terre toujours... on sent que ces enfants, qui ne sont pas tous orphelins mais souvent laisses ici par des familles trop pauvres pour les nourrir, ont malgre tout la chance de recevoir une education minimale, et un peu d affection. Ils semblent au moins a l abri des dangers de la vie pour un temps.

Dans quelques jours nous partons vers Bangalore, la Silicon Valley Indienne. Encore une nuit de train, quelques jours de promenade avant un vol Bangalore-Bombay-London-Paris... On n y croit meme pas !

Posté par famillechevrin à 09:09 - - Permalien [#]

27 juin 2006

INDE, Pondichery, Auroville, Gingee

Vestige d une epoque ou la France revait de se tailler un empire en Inde, les comptoirs commerciaux crees par Colbert connurent leur apogee sous Dupleix, gouverneur de la Compagnie des Indes de 1742 a 1754, qui parvint a etablir un veritable protectorat sur le sud Decan. Les anglais eurent tot fait de ruiner cette ambition coloniale. reduite a cinq confettis eparpilles a des centaines de kilometres les uns des autres - entre le Bengale (Chandernagor) le Kerala (Mahe), l Andra Pradesh(Yanaon) et leTamil Nadu (Pondichery et Karikal)- les possessions francaises vegeterent ensuitedans leur torpeur jusqu a ce que la France les restitue a l Inde en 1954. ... Vaisseau -amiral des anciens comptoirs, Pondi fleure un doux parfum de sous-prefecture sous les tropiques. Un charme desuet emane de la "ville blanche" comme on appelle ici l ancien quartier des francais qui ouvre sur le golfe du Bengale... A la fureur de l urbanisme chaotique de la "ville noire" , la "ville blanche" oppose le calme et l allure ordonnee de ses rues a angle droit, larges, propres, arborees, dont la plupart portent les noms francais (Francois Martin, Dumas, FR de la Bourdonnais, Suffren)... (extrait de grands reportages)... voila pour l histoire !

dsc02387 dsc02388 dsc02400

Vous l aurez compris, arriver a Pondichery, c est un peu quitter l Inde ou plutot decouvrir une autre Inde. Pondi est une ville paisible, le bord de mer est tres present et bien agreable avec les Indiens qui occupent la "croisette" le soir venu. dsc02392 C est pour nous aussi l occasion de redecouvrir les delices de la gastronomie francaise (pas mal de bons restau francais) mais apres deux ou trois gueuletons on realise que toutes ces calories ne sont pas adaptees a l athmosphere humide et chaude de la ville. On retourne bien vite au Thali et autres specialites indiennes plus legeres et plus interessantes pour le porte monnaie. On ne va pas bouder notre plaisir non plus, les enfants sont ravis de retrouver quelques reperes : jeux et jouets, steak frites et on peine a leur faire jouer l alternance repas indien / repas occidental.... heureusement ils trouvent reconfort aupres de Lydia qui leur concote quelques petits plats "special enfant". dsc02386

Lydia est l amie d une amie, elle vit en Inde depuis quelques 17 ans, elle va s averer etre notre guide geographique et spirituelle dans cette Inde qu elle connait bien. Les enfants goutent d abord aux joies des jeux avec son fils Tigrish, ecoutent avec attention les histoires des dieux hindous et autres recits palpitants de ses diverses aventures dans l Himalaya, et a Calcutta ou elle vecu longtemps. " Lydia, et les loups" "Tigrish kidnappes par les Hanumans (singes) a Calcutta" ... il faut dire que Lydia est une artiste, elle peint entre autre des livres pour enfants... la fusion est immediate.

Pour nous c est aussi une belle rencontre et l occasion de decouvrir ses amis (Henri super cuistot et patissier a Auroville, Max, Celina et Desigan, Coeur-pur) de sortir, de boire des coups... de s amuser quoi ! Celina et Lydia sont des francaises en Inde mais pas des expats... rien avoir avec ces derniers qui en general connaissent assez mal le peuple et le pays dans lequel ils vivent, critiquent tout... La petite difference, c est qu elles sont mariees a des Indiens. On touche doucement a la realite des castes. Lydia a epouse un Bengali Brahmane (caste la plus elevee) alors que Desigan est un Dahlit Tamoul, l oppose total. Evidemment le fait d etre francaise les eloigne de cette realite et permet ces rencontres.

Desigan est sourd-muet et nous allons avoir l occasion d apprendre un minimum de signe pour communiquer. Les enfants adorent et s essaient a ce nouveau langage fascinant. Plein de decouvertes qui nous font passer un super sejour a Pondi alors que cette ville et la region sont somme-toute assez peu exitants.

On va donc trouver refuge dans la foret d Auroville, loin de l agitation des villes de plus en plus difficile a supporter avec la chaleur. Auroville c est une communaute, http://www.auroville.org/ un grand fantasme cree en 1968 par Sri Aurobindo. http://www.ire-miraditi.org/ire/sa.html  On peut en penser ce que l on veut mais ca a au moins le merite d exister. On laisse decouvrir a ceux que ca branche !

Lydia nous trouve ce que l on appelle ici une capsule, a la Ponyfarm dsc02404 une cabane dans la foret, toit ouvert sur les etoiles et chauves-souris voletants au dessus de la moustiquaire au soir.dsc027001 On se retrouve au milieu des poneys, chevaux, 7 chats,  6 chiens ... et un ane qui aime a finir les assiettes... dsc02659 Les enfants prennent des lecons d equitation, mais attention, ici on monte a cru : pas de selle, pas de mors ! dsc02661

On en profite pour souffler un peu apres les differents trajets depuis la cote Keralaise jusqu ici ou nous avons enfin le temps de penser a ne plus rien faire: les cours des enfants nous manquent presque !!! et on se laisse aller a flaner le matin et l apres midi, a se dire que les dernieres semaines vont se derouler au rythme le plus calme du tour du monde, histoire de revenir beaux et bronzes et surtout pas trop maigrichons !!! Auroville a cette faculte d apaiser les esprits et d etre un miroir de chacun alors c est le temps de l introspection: les filles a travers tous les animaux de notre poney farm, Emile dans la musique et les grasses matinees et nous dans la tchatche de conclusion des points positifs (beaucoup) et negatifs (proches de zero). Grande explication de la vie et de la mort a l occasion de l achat d un poulet pour le diner: la gargotte qui les vend est une petite cahute en bois de 4 m carre et en fait ne vend que des betes vivantes . Alors on la choisit et quelques instants apres l avoir pese, le brave homme la pose au sol en tenant les ailes et ...hop un coup de couteau et la voila trepassee apres s etre videe de son sang. Hurlement des enfants qui decouvrent de visu que pour manger la viande, il faut d abord la tuer la bete!!! En deux mouvements la voila sur le billot pour etre decoupee a la maniere indienne puis mise dans un sac en plastique. Pendant le retour en mobylette a la maison, Faustine me fera tres justement remarquer que le sac est tout chaud... Madeleine ce soir la la jouera vegetarienne, Emile crie a l assassina, lui le gros mangeur de viande !!!

Les derniers bouquins sont lus et abandonnes et puis y a plus de librairies ou on peut se reapprovisionner alors l i-pod reprend serieusement du service !! Auroville est fait de toute nationalite (francaise et allemande apres les indiens) et on croise des allumes de la premiere vague toujours aussi utopistes aux opportunistes affairistes sans oublier les puristes qui meditent meditent et meditent encore...

Une ballade vers le fort de Gingee a quelques km de Pondichery est organise tous ensemble avec les amis de Lydia et la famille tour du monde. Desigan nous propose de faire la sortie sur 2 jours et de passer la nuit chez son ami Coeur-pur, sourd-muet lui aussi. dsc02668

On decouvre le village ou nous allons passer la nuit ainsi que la famille qui nous accueille. Merveilleusement recu par un couple de personnes agees (les parents du meilleur copain de notre ami Desigan sourd-muet). On achete a la ville voisine de l eau et des vivres pour nous tous (on arrive a 10 !!) ainsi que de la nourriture pour la famille qui vit tres miserablement. La maison est de plein pied sans eau  et les gens vivent a meme le sol avec comme unique mobilier des jarres dans lesquelles sont entasses des cereales diverse et des vivres basiques. Ils dorment a meme le sol sur des nattes de quelques mm d epaisseur, se lavent dans l arriere cour ou se trouve la cuisine (en fait un four en terre sur le sol ). Quant a la salle de bains, elle se resume a des canisses qui cachent un broc d eau et un savon. C est aussi la qu on y fait pipi, le reste c est dans le champ derriere l etable en faisant attention aux scorpions et aux serpents. Les enfants s y feront tres vite !! A  notre arrivee, on decouvre que le pere est tres malade apres un accident des champs: bouscule par une vache et un taureau, il a des contusions du haut au bas du corps et des croutes partout.dsc026701 Remy sortira la pharmacie et sera intronise medecin du village l espace de quelques heures, la presence d un blanc dans le village etant synonyme de capacite a soigner. Il donnera un leger somnifere et un Nurofen au vieil homme qui passera sa premiere bonne nuit depuis plusieurs jours sans souffrir. Un revenant le matin qui gambade presque comme un cabri, si heureux depouvoir remarcher ! On en profitera pour laisser quelques cachets pour les jours a venir.

Avant la nuit, Emile et Madeleine montreront aux enfants un jeu ramene du Cambodge qui enchantent les plus sportifs

dsc02672 dsc026791 le diner sur les feuilles de bananier est un resume de la douceur et du piment indien, meme si pour notre venue ils ont beaucoup limite le piment... dommage

On se couchera tous dans l unique piece de la maison pour une nuit bien agitee par le bruit de quelques rats, les reveils de chacun qui se tourne puis se retourne sur le sol a la recherche d une meilleure position. Emile nous reveille tous en pleine nuit en hurlant "mais qu est ce que c est que cette chevre dans la piece?" En fait il a pris les cheveux roux de Lydia dans son sari blanc pour une chevre !! Tigrish se levera pour pipi et reviendra dans la piece le pied dans la m... et le matin arrive vers 4h30 quand la maitresse de maison balaie (sport prefere des indiennes) deja le couloir ou elle a dormi avec son fils  (le mari etant sur le seul lit en corde dehors !!)

Malgre cette nuit un peu difficile et agitee, tout le monde est tres heureux d avoir passe cette soiree ensemble et l on se quitte apres avoir laisse au couple une lampe a pile, quelques medicaments et du spray anti moustique. On doit vite foncer vers le fort avant que le soleil ne tape trop fort.

dsc026751 concours de cris avec les sourds-muets !!!

La forteresse de Gingee n est pas un temple mais une place forte que les Mhogols puis les francais puis les anglais se sont appropries. Maintenant c est un endroit sacre pour les hindous et qui est un peu a l ecart des routes touristiques. Coeur-pur nous servira de guide et l on y passera d agreables heures pour finir par un bain tous ensemble, rejoint par notre chauffeur. Le retour sur Pondichery a 9 dans le taxi restera memorable !!! Vive les Ambassadors... tu peux toujours ajouter un passager !

dsc02683

L envie d une Inde plus profonde nous gagne depuis quelques jours. Par economie et parce que la mousson nous limite beaucoup sur les destinations nous n avons pas tente le petit saut dans le nord mais il est clair que l envie est tenace et on sait deja que l Inde nous reverra ...

Posté par famillechevrin à 12:43 - - Permalien [#]

15 juin 2006

INDE, Rameswaram

dsc020181 A peine arrive a Madurai, on s'est dit que l on n allait pas shunter la ville de Rameswaram a 4 h de route et que nous pouvions y passer quelques jours avant de monter vers le nord.

Rameswaram se trouve sur la cote du golfe du Bengale entre l ocean indien et la Thailande. Cette ville est tres connue des indiens pour le temple de Rama, etape incontournable des pelerinages indiens. On y vient en famille des quatre coins du pays pour s y faire benir dans des eaux sacrees du temple avant de plonger dans un dernier bain de mer tout aussi sacre. Rama serait passé de l'Inde au Sri Lanka par Rameswaram en traversant la mer par un pont de pierres créé par Hanuman. Rama allait liberer sa femme Sitha prisonniere sur l ile.

dsc020201 detail d uns des gopurams du temple

Le parcours dans le temple consiste en une benediction dans 22 bassins successifs d eau sacree, le nombre 22 representant le nombre de fleches contenues dans le carquois (carquois qu il utilisa pour faire venir de l eau sur l ile !!). On vous asperge d un seau d eau tout habille, en prononcant la phrase OM MAMA SHIVAIA. Nous sommes les seuls blancs dans la ville et nous hesiterons longuement avant de nous decider a nous faire benir. Mais poussés par les locaux et dans une ambiance joyeuse, nous passerons avec succes les 22 bains sacres, un peu grelotant dans la penombre du temple. Magie des prieres et des visages heureux !!

dsc020291 pelerin sous les eaux sacrees

Une autre partie du pelerinage consiste a aller se reccueillir au bout de l ile a quelque 15 km des cotes sri-lankaises mais cela se merite ;1 h de route en rickshaw pour atteindre le petit village de Danushkodi puis l attente et la discussion avec les conducteurs des vieux camions censes emmener les pelerins a 5km de la par la plage. On est tout seul et ils veulent nous faire payer pour 20 alors on attend et on trouve un arrangement avec une famille du Kerala qui vient d arriver de la ville et qui nous accompagnera, eux aussi interesses par la negociation. On y gagnera un prix bien plus interessant !!! Le paysage au bout de l ile est epoustouflant, les deux plages bordant l ocean indien et le golfe du Bengale sublimes. Les enfants y voient une occasion unique de prendre le bain de l annee mais le regard un peu reprobateur des indiens les font reculer face a ces eaux sacrees.

dsc02033 village de Danushkodi

 

Le contraste entre la plage de ville, remplie de detritus et de mendiants cherchant la moindre nourriture ou objet de valeur pour eux, et la plage sacree est saisissant alors que quelques centaines de metres les separent. On y trouve sur l une cochons de ville et sur l autre sable fin et dore avec chevre et corbeau de toute beaute !!!

dsc020241 dsc02025 dsc02032

On pourrait y passer des heures mais les proprios du camion ne semblent pas vraiment s interesser a l aspect religieux du pelerinage mais plus a la facon de faire de l argent au plus vite par des rotations de camions entre le village et le bout de l ile.

dsc02035 dsc02036 dsc02039

Mais il est temps de partir pour Pondichery et c est un train de nuit de 14h qui nous attend (en fait 18h car la loco cassera en milieu de nuit et il faudra reparer). Vive le TGV !!!

Posté par famillechevrin à 11:42 - - Permalien [#]

12 juin 2006

INDE, Madurai, ou la benediction de Shiva

Comme souvent en Inde, on est reveille tot, un klaxon, un marchand ambulant vantant ses services... Ce matin la, ce sont des cris differents qui m eveillent. Un coup d oeil a la fenetre et je decouvre d etranges processions. Des groupes de gens, des familles, accompagnent un homme en dhoti (pagne local), torse nu et serieusement bariole de couleurs. Il porte un pot sur la tete et son attention semble etre entierement vouee a cette tache.

On s interroge, le chauffeur d un rickshaw nous informe que c est la fete ... ??? et que l on devrait le laisser nous y emmener "ca va nous plaire, c est tres bien" dsc01974

Il nous parle de couteaux, de 8 km de marche pour les pelerins et on comprend qu il va falloir negocier la course parce que 8km ... l essence, le retour... bref, on hesite. On se demande si ce n est pas encore une arnaque, les rickshaws sont les specialistes du genre. En attendant, on prend le temps du petit dej pour reflechir a sa proposition. On avait prevu de visiter les temples ... alors 8km.. c est loin ! On prend l avis du serveur du restau qui nous explique le fameux festival et nous le conseille.

Nous voila partis. Tres vite on voit bien qu il a dit vrai le bougre. Ca processionne beaucoup sur cette route. Des chars avec des hommes accroches par la peau du dos. dsc02047 Plus loin c en est un crible de pics, dsc01970 la un autre dont la bouche est transpercee d une longue lame. Les voila les fameux couteaux dont il parlait ! On est bien au pays des fakirs. dsc01984Les gens offrent du lait, arrosent les marcheurs pour les rafraichir. dsc02046On ne peut vous raconter l hysterie a l arrivee au temple : imaginez ... 8km de marche sous le soleil, avec une broche dans la bouche, alors que vous jeunez depuis 8 jours. dsc02048C est en transe, a la limite de de la tetanie, de l evanouissement que ces hommes (quelques garcons aussi et parfois des femmes) arrivent au pied du temple soutenus par leurs proches et suivent un long parcours dans ce labyrinthe, se pressent dans des queues interminables pour enfin verser dans une grande jarre, le precieux lait de leur petit bidon en offrande aux dieux. Car c est la fete du lait.

       dsc019901

On suit le flot, de statues en sanctuaires, de lieux d offrandes en lieux de prieres. Emportes par le mouvemement des pelerins, au milieu des cris et des transes canalises par une police bienveillante. La chaleur monte, il fait sombre. Seuls non-hindous dans ce capharnaum, on est fascine parfois un peu effraye, la foule se presse, nous guide aussi. Les enfants suffoquent un peu mais sont completement ahuris par le spectacle de tous cotes. Remy ne sait plus ou donner de l appareil photo. Total : 200 photos, il n est que 10h30 ! Le soleil tape, on rentre avec l impression d avoir vecu quelque chose de tres fort.

    dsc01991 dsc01992

Sur la route, ca defile encore. On n a jamais autant ressenti ce milliard d Indiens bien que ce soit un sentiment permanent dans ce pays. Les Indiens sont nombreux, ca se voit, on le sent c'est quelque chose de tres reel a vivre. dsc02045

Avec notre arrivee dans le Tamil Nadu (un des 28 ou 30 etats de l Inde), nous avons retrouve l'accablante chaleur. La mousson est plus tardive ici et on regrette deja les trombes d eau du Kerala.

dsc02008dsc02009dsc02010

Madurai est la plus ancienne et la plus sainte cite de cet etat. La ville abrite l'un des temples les plus connus du pays, chef d'oeuvre de l art Dravidien, le Sri Meenakshi Temple est un des sanctuaires les plus impressionnants de l'Inde avec ses 11 tours herissees de centaines de statues de divinites sculptees et de toutes les couleurs. La visite nous impressionne moins que notre festival matinal mais reserve malgre tout de belles decouvertes. Les statues criblees de ghee (boules de beurre clarifie) lance pour apaiser leur colere. Dans l'ombre des longs couloirs, Elephant ou vache sacree, maquilles, permettent une enieme pooja (benediction par la trompe de l elephant, voir album). Les celebrations de la nuit pleines de musique, de rites ... dsc01999

En revanche on aime moins le cote "marchands du temple" inondant l enceinte meme du lieu. Lourdes fait figure de debutante et d ailleurs la religion catholique souvent critiquee pour ses traditions strictes, son mercantilisme ou ses soit-disant nombreux rites ... laissez-nous rigoler ! L hindouisme est fascinant et mysterieux, truffee de rites sacres. C est une religion en prise directe avec la vie quotidienne. Les pelerins affluent de toute part. dsc01996

C est lors de sa longue "marche du sel" que Gandhi passa a Madurai en 1930. Un musee, un peu poussiereux lui est consacre.dsc01967 Le personnage interesse beaucoup les enfants et c'est une bonne occasion de refaire le point sur l'histoire de la colonisation anglaise, de la lutte pour l'independance et de la determination du Mahatma.

"Either I shall return with what I want or else my body will float on the ocean"

On realise ici que tous les pays que nous avons traverses furent des pays colonises. Emile n'en finit pas de se demander pourquoi l'homme blanc a tant d'influence sur le monde. Pourquoi impose-t-il partout sa facon de vivre a l'homme de couleur ?. Dans de toutes petites choses comme le Yoga, la medecine ancestrale de l'Asie, les massages etc... on voit, on sent, que tous ces peuples ont beaucoup a nous apprendre alors qu a l'inverse on ne fait que leur vendre notre soit disant modernite a coup de pub pour la junk-food ou autre mefaits de la societe de consommation. On s'inspire peu des bienfaits orientaux, ce n'est pas un scoop mais un constat amer.

Les enfants vous livrent ce texte traduit d un poeme africain qui les a beaucoup touche.

Cher frère blanc,
Quand je suis né, j'étais noir,
Quand j'ai grandi, j'étais noir,
Quand je vais au soleil, je suis noir,
Quand j'ai peur, je suis noir
Quand je suis malade, je suis noir...
Quand je mourrai, je serai noir...
Tandis que toi, homme blanc...
Quand tu es né tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge
Quand tu as froid, tu es bleu
Quand tu as peur, tu es vert
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris...
Alors de nous deux, qui est l Homme de couleur ?"

                       dsc019891

       
      

Posté par famillechevrin à 09:08 - - Permalien [#]